Films en 3D : attention aux arnaques !

Un film en 3D Anaglyphe

Un film en 3D Anaglyphe

2011 est sans conteste l’année des films en 3D. Bien qu’existante sous d’autres technologies depuis quelques dizaines d’années  (notamment celle avec les lunettes cyan et magenta, procédé dit « anaglyphe »), c’est seulement depuis peu que la 3D avec lunettes polarisantes a fait son entrée dans nos salles obscures. Cette évolution est notamment due au fait que de nombreux réalisateurs se sont mis à tourner en numérique, abandonnant peu à peu les pellicules, permettant ainsi à l’industrie du cinéma de développer de nouveau procédés.

Le premier film numérique tourné et diffusé en 3D à grande échelle fût Avatar, de James Cameron, roi du box-office en 2009, avec près de 15 millions d’entrées en France. Bien évidemment, la production à doté le film d’un budget disons… à la hauteur du projet, pour rester poli !
Alors oui, Avatar est magnifique, la 3D c’est génial. Et bien non, on va se détendre un peu.

Au delà de ce film, dont la 3D a bien évidemment été réussie, on trouve d’autres films en « 3D », dont on se demande ce qu’il a bien pu se passer lors de l’encodage 3D, où que sais-je encore.
En effet, j’ai dernièrement été voir Harry Potter et les Reliques de la Mort – Partie 2 au MegaCGR de Villenave d’Ornon. On peut dire sans trop se risquer que c’est ce que l’on appelle de la 3D ratée. Non pas que le film soit un navet, mais plutôt que la valeur ajoutée du relief soit totalement mise à mal par de la 3D ajoutée en post-production.

Et oui, je vois d’ici les néophytes de cette technologie (et les non-initiés) se dresser sur leurs pattes en s’écrit « SCANDALE ! ». Il y a bien plusieurs technologies de 3D au cinéma, ou devrai-je dire de « relief ».
Voici donc les 2 principales :

Une caméra 3D : deux objectifs

  • la « real » 3D (la vraie 3D) : elle consiste à tourner le film en 3D, tout simplement.
    Grâce à des caméras à deux objectifs, deux images sont créées, la première étant une image de référence, l’autre étant la même image, mais prise à moins de 10cm sur l’axe horizontal de la première. Exactement comme les yeux ! Une fois superposées, elle peuvent ainsi recréer une image en 3 dimensions. A cela on ajoute des effets spéciaux eux aussi exportés en 3D via les logiciels dédiés aux effets spéciaux. Le tout sort du four encodé en 3D, allez hop, sur un disque dur et zou, au cinéma ! Les détails sont bluffant, le nez est sur un plan différent que les yeux. On assiste à un pur film en 3D.
  • la « fake » 3D (la 3D fausse, que j’appelle « la 3D dégueulasse ») : il s’agit en fait d’un film tourné en 2D, avec une caméra classique (souvent une caméra numérique, quand-même, faut pas déconner !) et donc la 3D se résume en fait à un effet de relief en post-production. Ce sont les gens, devant leurs ordinateurs, qui découpent les formes (genre un personnage), et qui lui donnent du relief par rapport au décor. Ils l’avancent, ils reculent la table pour qu’elle paraisse en arrière-plan, etc. En gros, vous avez au mieux le même effet que lorsque vous ouvrez un livre « pop up ». Je ne parle pas des mouvements, là on ne voit plus rien. Mais bon, on voit quand même que les personnages plats « ressortent » du décor, tout aussi plat. C’est plus du « cheap » relief que de la 3D.

Quid du prix ? Et bien c’est le même ! Que croyez-vous ? Il est clair qu’il vaut mieux aller voir un film en « vraie » 3D en 3D, et un film en « fausse » 3D en 2D classique.
Comment différencier un film en vraie 3D d’un film en « fausse » 3D ? Le plus simple est de se rendre sur ce site : http://realorfake3d.com. C’est LA référence à consulter avant de vous rendre dans vos salles obscures ! Les valeurs sûres sont les films très récents (les vieux films ressortant en 3D étant bien évidemment traités avec le procédé de « fausse 3D ») et les films d’animations, comme les Pixar par exemple. Dans le doute, rendez-vous sur le site précédemment cité !
Vous êtes désormais avertis, il serait temps de partager cet article pour prévenir vos amis et vos proches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *